La cravate va t’elle disparaitre ?

L’histoire de la cravate

cravate du passéLa cravate est un accessoire de mode dont l’élément précurseur est né sous Louis XIII. Une simple bande de tissu que portait un régiment de Croates dans leurs uniformes. Sous Louis XIV, ce régiment, par déformation, s’appellera les Royal-Cravates.

Depuis les cravates ont progressivement remplacé au cours des siècles les jabots en dentelles et se sont diversifiées. Dans le courant du XXème siècle, la cravate s’est largement démocratisée, même si elle devenue l’apanage des professions commerciales et financières et des postes à responsabilité depuis quelques dizaines d’années. De premier abord, quelqu’un qui porte une cravate semble appartenir à une classe dirigeante, ou être une personne qui s’habille pour événement particulier. Par opposition, d’ailleurs, on dit de quelqu’un qui ne porte pas de cravate qu’il porte une tenue décontractée. De cette façon, l’objet cravate acquiert une réputation d’accessoire chic et classe.

La place de la cravate aujourd’hui

fille a cravateAlors, même si les porteurs de cravate se font plus rares aujourd’hui qu’hier, même dans les fonctions commerciales, où la mode est plus au bris de glace qu’au fait de marquer une distance avec le client, on ne peut pas prédire que la cravate soit appelée à disparaître.

D’abord parce que les variétés de tissus, de formes, et de nœud en font un accessoire qui posent un homme comme nous le montre ce site spécialisé. Ensuite parce que le choix des motifs et des couleurs font également office de billet d’humeur instantané. La cravate agit comme un repère social, finalement.

D’autres modes ont utilisées la cravate autrement, comme nouée autour de la cuisse, ou portée par les femmes, dans un nœud large et desserré. Et il ya fort à parier que l’objet trouve auprès des designers d’autres utilités dans les années, voire les décennies à venir.

Disparaitre ou pas ?

Il n’y a qu’à voir le chapeau, ou plus largement le couvre-chef. Finition indispensable de toute tenue vestimentaire jusqu’aux années 50, il a rapidement disparu de la circulation, avant de faire son retour dans les dernières années. Il y a dix ans, lorsque vous portiez un chapeau, tout le monde se retournait sur vous dans la rue. Aujourd’hui, il est à nouveau beaucoup plus répandu.

Et puis, le jour où un conseil des ministres se fera sans qu’aucun participant ne porte de cravate n’est pas encore arrivé, et loin s’en faut. Tout ce qu’on demanderait aux porteurs de cravates, c’est juste un peu plus de fantaisie, de diversité, afin de ne pas continuer d’enfermer ce bel accessoire dans un code qui le limite de trop. Un bon exemple est cette association qui l’emploi comme symbole de son combat contre la pauvreté.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *