Soudage au poste à souder TIG et MIG-MAG

Parmi les différents procédés de soudage et particulièrement en ce qui concerne le soudage à l’arc, il est constaté que certains types de soudage sont moins complexes que d’autres. Pour avoir un bon aperçu des plus complexes, il convient d’avoir les bonnes informations à propos.

Comment souder au poste à souder MIG MAG ?

inverter-poste-soudureC’est la méthode phare des soudeurs qui ont une grande productivité. En revanche, il peut intervenir dans bien d’autres domaines tels que la carrosserie avec un fil d’une grande finesse dans la réalisation des assemblages par points rapprochés. Pour ce faire, il faut dans un premier temps choisir le diamètre et le type de fil à souder, mais encore, en fonction du projet, le gaz de protection.

La bobine quant à elle se doit d’être placée dans le dévidoir pour faciliter le déroulement ou l’enroulement et le fil dans la torche. Ensuite, l’on se trouve à l’étape d’amorçage en frottant la pièce à souder sur le support. Surtout ne pas oublier d’écarter de 4 à 5 mm la torche de la pièce à souder afin de provoquer l’arc électrique. La soudure peut finalement démarrer en rapprochant la torche de 2 ou 3 mm de la pièce. Il est nécessaire de régler constamment la vitesse d’avance du fil à déposer le métal d’apport.

Comment souder au poste à soudure TIG ?

poste-a-souderLe TIG (Tungstène Inert Gaz) est l’idéal pour la soudure des tôles fines en acier carbone, des tubes acier inox ou mieux encore des tubes fins. La qualité de sa soudure est reconnue de tous les professionnels grâce à son aspect et à sa finesse. Contrairement au poste à souder Inverter qui est recommandé aux débutants, tout semble différent avec le TIG. Il est d’ailleurs fortement conseillé d’éviter ce procédé de soudure si l’on est néophyte. Aussi, la procédure de soudure s’apparente à celle du MIG MAG avec quelques exceptions bien entendu.

Ainsi, en fonction de la nature de la tâche, les choix se porteront sur le diamètre de l’électrode, le gaz de protection et pour finir le métal d’apport. La phase d’amorçage s’effectuera à haute fréquence (HF) par gâchette. Le plus qui fait la différence avec les autres procédés est le paramétrage de Prégaz, Postgaz mais aussi de l’évanouissement de l’arc. Pour l’étape de la soudure proprement dite, deux (2) options s’offrent au soudeur : tirer la torche vers soi sur un angle de 70°/80° ou le pousser selon les cas.

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *