L’année 2018 sonnera-t-elle la fin du Bitcoin ?

bitcoin

Elle aura fait couler beaucoup d’encre depuis son apparition en 2009, la monnaie virtuelle appelée « Bitcoin » connaît une tendance baissière préjudiciable aux investisseurs.

Alors que le cours de la crypto-monnaie a connu une croissance spectaculaire à la fin de l’année 2017, les transactions ont depuis perdu de la vitesse et la confiance dans le Bitcoin semble s’étioler peu à peu.

Quelles sont les spécificités de l’investissement dans le Bitcoin ? Où se trouve la plus grande mine de Bitcoins de France et comment fonctionne-t-elle ? En quoi cette monnaie virtuelle est-elle menacée ?

Qu’est-ce que le Bitcoin ?

Bitcoin

Satoshi Nakamoto est le pseudonyme de l’inventeur du Bitcoin, qui en publie le code dès 2009.

Construit à partir des termes anglais « bit » et « coin », qui réfèrent respectivement à l’unité d’information binaire et à “pièce de monnaie”, le Bitcoin est une monnaie virtuelle de type cryptographique qui permet un paiement en “pair-à-pair”, c’est-à-dire, proche du modèle client-serveur mais où chaque client est aussi un serveur.

Pour rappel, la cryptographie est l’une des disciplines de la cryptologie. Elle s’attèle à la protection des messages grâce à des secrets ou à des clés. Cela permet d’assurer la confidentialité des données, leur authenticité ou encore leur intégrité.

Le Bitcoin se présente comme une protestation envers la monnaie unique et tend à dénationaliser la richesse en la dématérialisant. Autrement dit, avec le Bitcoin, la monnaie n’est plus le monopole de l’État et des banques.

Contrairement aux monnaies traditionnelles, le Bitcoin n’a pas d’existence matérielle: il est produit par des ordinateurs. Ces derniers calculent et valident les transactions de la blockchain (ou « chaîne de blocs »), une sorte de livre de compte, ce qui leur vaut d’être rémunérés en Bitcoins. Aussi, l’unité de base du Bitcoin n’est autre que le « bloc ».

Comme toutes les autres monnaies ou commodités, le Bitcoin peut être échangé contre des biens, des services ou contre d’autres monnaies ou commodités. Par ailleurs, le Bitcoin fonctionne selon un modèle décentralisé en raison du consensus qui existe entre les différents nœuds du réseau. En d’autres termes, aucune autorité centrale ne régit le Bitcoin.

Le taux d’échange de cette crypto-devise est fixé sur des places de marché spécialisées et connaît des fluctuations en fonction de l’offre et de la demande. La première cotation du Bitcoin fixe un taux de change bitcoin-dollar à 0,001 dollar l’unité. Toutefois, en date du 17 décembre 2017, le cours du Bitcoin avoisine les 20.000 dollars. Cela lui vaut de devenir la monnaie virtuelle la plus importante au monde. Une appréciation spectaculaire qui n’est pas à l’abri de l’excès inverse, notamment en cas d’attaque informatique des places de marché.

Sévèrement critiquée, le Bitcoin attire la méfiance de plusieurs économistes de renom tels que Jean Tirole ou encore Joseph Stiglitz.

La cryptomonnaie menacée ?

BitcoinComme le souligne Jean-Fabrice Lebraty (professeur en sciences de gestion, spécialisé en systèmes d’information à l’Université Jean-Moulin Lyon 3) et Marc Bidan (professeur des universités en management des systèmes d’information à Polytech Nantes) dans un article récemment publié par La Tribune, acteurs de l’économie, le Bitcoin peut effectivement être confronté à des menaces qui sont inhérentes à sa nature cryptographique et monétaire :

  • manque d’énergie électronique nécessaire au fonctionnement des datacenters,
  • fraudes, piratages et détournements,
  • tentative de contrefaçons, de Bitcoins alternatifs,
  • bugs informatiques intrasystème,
  • tentatives de spéculations à la hausse ou à la baisse,
  • atteinte politique au Bitcoin pour en faire une ressource fiscale.

Cependant, pour les deux universitaires, cette série de menaces n’entache pas nécessairement l’avenir du Bitcoin, qui tend à pallier certaines limites des monnaies traditionnelles.

En effet, contrairement à l’euro et aux autres monnaies d’État, le Bitcoin a su prendre en compte la digitalisation du monde. Aussi, les utilisateurs du Bitcoin ne sont pas confrontés aux frais bancaires, qui conduisent parfois à des situations limites, comme lorsqu’un chèque de 50 livres sterling coûte 60 euros à l’encaissement.

Par ailleurs, les usages de la blockchain ne se réduisent pas à la production du Bitcoin. La chaîne de blocs trouve des applications dans le cadre de la sécurisation des machines (indispensable à l’heure des résidences connectées), des clouds, des messageries et dans l’authentification des diplômes universitaires. Cela lui permettra donc de survivre à une éventuelle disparition du Bitcoin.

Orvault, temple du Bitcoin

Orvault Bitcoin

Aussi étonnant que cela puisse paraître, la plus grande ferme à Bitcoins de France se situe dans la paisible commune d’Orvault, près de Nantes. Fondée en 2017 en lieu et place de l’ancien site Alcatel, la mine à Bitcoins d’Orvault fait travailler simultanément 260 machines à temps plein.

À l’image de la mine d’or, au sein de laquelle la recherche de pépites n’est pas nécessairement payante, les ordinateurs de la mine de Bitcoins traitent des équations toute la journée pour, parfois, en résoudre certaines, ce qui permet de générer le Bitcoin.

Tous les ordinateurs sont la propriété de clients qui, pour la somme de 3.000€, ont gagné le droit d’accéder au monde de la monnaie virtuelle, qui ne se limite d’ailleurs pas au Bitcoin (Litecoin, Ethereum, etc).

D’ici 2019, ce sont 1.500 machines qui devraient fonctionner à Orvault. La ville de Loire-Atlantique profite pleinement de ce renouveau après le départ inopiné du territoire, en 2015, du géant de la téléphonie.

« Ici, on imagine avoir des start up qui travaillent sur ces nouvelles technologies et puis qu’on puisse peut-être créer des partenariats avec d’autres activités de la commune voire au delà de Nantes Métropole…. et surtout garder le site industriel, parce que ça a toujours été quelque chose de très important pour la commune », commentait Monique Maisonneuve, première adjointe au maire d’Orvault, dans une interview accordée à France 3 Pays de la Loire.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.