Hémorroïdes : faut-il en parler à son médecin?

Nombreuses sont les personnes qui souffrent d’hémorroïdes. Pourtant, la plupart d’entre elles n’osent pas en parler à leur médecin. Douleurs, irritations, saignements, etc. même avec certains symptômes alarmants, elles hésitent encore. Cela est souvent dû à des difficultés psychologiques. Mais il faut savoir que les hémorroïdes peuvent être soignées. Autant consulter sans attendre.

Pour éviter les gênes occasionnées au quotidien

S’il y a bien une raison qui doit pousser à consulter un médecin, c’est le mal-être engendré par les hémorroïdes. Au début, les signes peuvent être discrets. Mais à la longue, ils finissent par affecter le quotidien de la personne concernée. On a parfois peur d’aller aux toilettes.

hemorroîde externe

Certaines personnes évitent la consultation et préfèrent adopter différents remèdes de grand-mère. Or, elles souffrent vraiment et ça ne risque pas de se régler de sitôt.

Il faut savoir que durant la phase initiale, les désagréments sont tolérables. Seulement, l’absence de traitement aggrave les signes. Le traitement dans ces cas-là, sera encore plus lourd. Mieux vaut en parler à son médecin avant que son cas n’empire.

Pour avoir un diagnostic précis

La maladie hémorroïdaire présente souvent les signes suivants : démangeaisons, douleur au niveau de l’anus, saignements ou perception d’une boule. Toutefois, ils peuvent également être rattachés à d’autres problèmes :

  • Les saignements peuvent être liés à une maladie inflammatoire du tube digestif. Les pertes de sang peuvent également révéler la présence d’un cancer du rectum ou du côlon
  • Pour les démangeaisons, elles peuvent être liées à un eczéma ou à une infection locale
  • La boule ne peut pas forcément être un signe d’hémorroïdes. Il se peut que ça soit un prolapsus muqueux. Dans certains cas, il s’agit d’un nodule cancéreux
  • La douleur anale peut être causée par une fissure anale, un abcès infectieux, etc.

Ces différents signes sont généralement associés aux hémorroïdes. Mais comme on vient de voir, ils peuvent être liés à d’autres problèmes plus graves. C’est pour cela qu’il est important de tout de suite aller chez son médecin.

Hemorroîde externe

En consultant un médecin, on reçoit un traitement adapté. Si c’est vraiment des hémorroïdes, alors on peut obtenir des médicaments antihémorroïdaires locaux (pommades, suppositoires, crèmes) et des médicaments antihémorroïdaires par voie orale. Cela peut très bien stopper la crise hémorroïdaire.

Les complications en cas de non consultation

Si on refuse de consulter un médecin pour avoir un traitement préventif, des complications auront lieu. Il y a la thrombose hémorroïdaire externe qui est une complication fréquente. Un caillot se forme à l’intérieur de la veine hémorroïdaire. Ce qui engendre la création d’une boule très douloureuse. Si on a très mal, il faut voir un médecin en urgence pour pratiquer une incision. Cela permettra d’éliminer le caillot et d’alléger la douleur.

Les hémorroïdes internes non prises en charge peuvent également se transformer en thrombose. Elles risquent de s’extérioriser et finissent par requérir une intervention chirurgicale. Bien que cette solution soit efficace, les effets secondaires comme les saignements ou les douleurs peuvent s’en suivre. Ce qui peut nécessiter des soins locaux désagréables.

Outils de soin

En seulement une visite chez un médecin, on peut se débarrasser des hémorroïdes. On bénéficie d’un meilleur traitement et on n’en souffre plus tous les jours.

Quand doit-on consulter en urgence ?

Si certains cas sont encore tolérables en cas de non consultation, différents motifs constituent une consultation d’urgence.

Il faut tout de suite aller chez un médecin généraliste ou un gastro-entérologues :

  • Les saignements sont abondants et répétitifs
  • Les selles sont de couleur noire (très très noire)
  • La douleur anale est très intense et s’accompagne d’une fièvre dépassant les 38°C
  • La douleur empêche d’aller à la selle depuis plus de deux jours
  • Les symptômes deviennent de plus en plus insupportables (suintements, démangeaisons, douleur, hémorroïdes extériorisées, etc.)

Un patient qui présente ces signes ne doit avoir aucune excuse pour consulter un spécialiste.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dent pour dent